26 janvier, 2018

La peinture acrylique - Les contrastes


Les contrastes


johannes-vermeer
"Le ver de vin"
Johannes-Vermeer-1632-1675


   En peinture on appelle contraste, l'écart de luminosité entre une ou plusieurs couleurs. C'est par le contraste que l'artiste peut, modeler une composition, donner de la profondeur à un paysage. De tous temps les artistes ont étudiés et écrit des traités, sur les différentes façons de créer des contrastes. Face à la complexité du sujet, ici nous aborderons les contrastes les plus "simples". 

Le contraste clair/obscur


    Ce contraste était déjà connu par les peintres de la Grèce antique. Léonard de Vinci (1452-1516) le pratiquait déjà. Mais c'est le peintre Caravage (1571-1610), qui plus tard développa le mieux ce procédé (Fig.4).  
   Cette technique consiste, à faire surgir sur un fond sombre, une composition très lumineuse. C'est pour ainsi dire l'ombre et la lumière. Le blanc et le noir, est le contraste clair/obscur maximum (Fig.1). 


noir-blanc
Fig.1-Contraste maximum


Mais tout contraste extrême peut être dosé. Car entre ces deux valeurs, se place une infinité de tons gris clairs et foncés (Fig.2). Ces différents niveaux de gris, produisent un contraste plus ou moins fort, selon que les niveaux juxtaposés seront plus ou moins éloignés l'un de l'autre.


clair-obscur
Fig.2-Contraste dosé



Le contraste maximum peut aussi être réalisé par la couleur, en juxtaposant deux complémentaires : rouge et vert, jaune et violet, etc.


Fig.3- Contraste couleur dosé



caravage-michelangelo
Fig.4- "Salomé avec la tête de St-Jean-Baptiste"
Michelangelo Merisi da Caravagio dit Caravage-1571-1610